bataille

Edenville, août 2020

Dehors ni pluie, ni vent, certains diraient qu’il fait beau.
Dehors la lumière d’août perce le plafond gris du ciel, jusqu’à blanchir la mer.
Dehors la mer est calme mais on sent la force dessous qui pourrait nous surprendre, il faut toujours se méfier de la mer, de ses paillettes en surface. 
Dehors le soleil indécis tente l’esquive en disque blanc comme lune. 
Dehors la menace d’un orage d’été, le vent se lève, il pleut.
Dehors la mer ample prépare une bataille d’un vert éblouissant, elle finira bien par emporter la dune comme elle a — dans ce cauchemar que t’ai raconté — englouti la petite maison que je rêvais d’acheter parce que j’y ai grandi.

ubiquité

Un jour nous avons dû quitter Edenville, pour de mauvaises raisons que seuls les adultes peuvent admettre, c’était quelques jours avant Noël, quel drôle de cadeau. Quand Jacques a fermé la maison, nos yeux de sont croisés, je crois que nous partagions la même tristesse mêlée de la même colère — Mais ce n’est pas vrai ce qui arrive hein dis-moi c’est juste un cauchemar — il a posé sa longue main fine sur mon épaule en forme d’excuses, et puis nous sommes montés dans la CX beige. J’avais mal au cœur, j’ai baissé la vitre même si c’était décembre, et je me souviens avoir observé la déroute des nuages, avoir espéré qu’ils nous escorteraient jusqu’à Bastia, que je pourrais au moins me consoler là-bas avec mes ciels d’ici. C’était sans compter sur le libecciu, ce vent expert, ce grand chasseur de nuages. 

revenir

demain il faudra quitter Édenville, mais revenir
pour les villas de bord de mer et leur mystère de pacotille
pour la maison d’enfance abandonnée
pour la Vallée des Peintres
pour le Lude chargé de cendres
pour le chemin ombragé
pour la falaise échouée comme une baleine
pour Chausey à l’horizon et l’averse sur Cancale
pour le ciel dévoré de feux extravagants
pour la discorde des nuages
pour l’orage sur la mer
pour un rayon vert
pour la bruine obstinée
pour le grain qui crépite
pour le mugissement du vent et pour les vagues furibondes

pour l’hôtel des Falaises où ma grand-mère a dormi en 1978
pour l’heure dorée sur les pins parasols
pour le rire des mouettes
pour les murmurations d’étourneaux qui se seraient trompés de saison
pour les morceaux de verre roulés au fond des seaux
pour le peuplier effleuré de lumière
pour ne pas oublier les lilas pâles du jardin du garagiste
pour les tamaris qui dégouttent de pluie
pour le parfum des genêts
pour l’odeur du sable
pour l’oyat qui plie
pour vérifier sept fois par jour que la mer est au bout de la rue
pour me souvenir que je me souvenais de lui